Plein de Talent

Laissez parler votre talent !

Le funambule, poète et slameur

Né au Tchad, étudiant à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de Yaoundé au Cameroun, Dikoua Ngousmon Toussaint se distingue des autres car ce jeune talent – à la fois poète et slameur – est déjà lauréat de plusieurs prix littéraires. Après lui avoir consacré une interview, nous donnons à celui qui se surnomme « le funambule » la liberté de s’exprimer sur cette page qui est sienne.

Si vous êtes un professionnel du monde littéraire ou musical, n’hésitez pas à le contacter par mail ici.

« PENSEE ET RAISON’’
Méconnaître la configuration réelle des deux dimensions : une erreur fatale

La raison est-elle innée en nous ou est-ce le contraire ? Qu’en est-il de la pensée ? Évincé par quelques idioties du jour persécuté, au milieu de la nuit sobre, il se leva de son pieu, guidé par son humeur réflexive, il alluma ensuite la mèche, reniflât un instant, ramoneur en rainure, il bascula d’un sentiment intentionnel les feuilles rameutées sur la table, il écrivît :
‘’Les liens intimes que tissent sur ces eaux qui ruissellent à la finesse cette aurore et ce crépuscule de vie, mon âme futée la pensée et la raison loin d’être fagotés est d’un fard moins famélique. Le fartas de leur falaise farfelue est sinué par un autre fait insipide qui, comme un bistouri sectionne les deux. Sur cette terre, sous ce soleil à la mansuétude rugueuse, ont-ils ensemble vu le jour et grandi. Cependant, la stratégie de faire un relief entre la raison et la pensée n’est nocive et bancale pour la participation de l’inconscient dans nos sociétés minutieusement embryonnaires. L’on peut comprendre que cette attitude procède d’une commode intention. Celle de tenter d’amortir la précarité de certaines pensées fructueusement bombardées et curieusement à mon égard brouillonnent. L’être humain est sous sa coupe et elle seule lui fait exister, tout autant lui donne la faculté de juger, de prévoir et de se mouvoir. En méconnaissant la configuration réelle des deux dimensions, nombre des âmes se verront ensevelies dans l’anonymat quoi que non perspicace naturellement. La lueur qui puisse caractériser l’homme de l’animosité et de son faible absolu barbare : La pensée’’.
En effet, l’homme est un animal pensant du fait de sa grandeur couverte de ce paletot qui est l’inconscience. Palabré au milieu de quelques mutineries pierreuses, la pensée y est, s’y complaire est un acte surgissant à des fois à notre insu. L’échappatoire quant à elle est spontanée. Piaffer aux pieds des exécrables arbres qu’on aurait cru ramifier renvoie à un fait maïeutique nous faisant dérouter de nous-mêmes. L’obscurité est cette part qui fonde l’être humain dans tous ses états au sens formel. La pensée humaine fonde l’homme, la seule qui puisse le caractériser de l’animal. Si certaines institutions sont dépourvues de cette réalité philosophique, nous ne sommes pas tous obligés de nous conformer à leur désobligeante et harassante plaisanterie sur la scène politique ou judiciaire. Constatant une grève qui perdure sans cesse vers des effets fatals et que personne ne lève le petit doigt pour porter un acte juste et franc, il faut croire que tous sont baignés par une part plus obscure encore qui échappe à l’inconscience qui est déjà en elle-même une obscurité qui caractérise l’homme. Enfin bref, pour eux, une nouvelle façade se crée et est tout à fait périlleuse pour le destin du pays qu’une simple hécatombe déballée de la poitrine des caïds, des kamikazes ou terroristes dégénérés. Lorsque la raison, se substitue et que l’hystérie supplante la clairvoyance, il va falloir s’attendre au suicide collectif. Méconnaître ces deux dimensions revient dont à dire que l’irresponsabilité et la phobie morale les exposent dans la tombe.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :