Cette semaine, pour notre interview « Plein de Talent », nous recevons Tom Noti, auteur isérois peu connu et pourtant… Ce sont ses lecteurs qui en parlent le mieux ! Des écrits emprunts d’émotion, de douleur, de psychologie et d’humour, telles sont les grandes qualités qui ont été remarquées par la dynamique maison d’édition Paul et Mike. Alors, en route, partons à la découverte de l’univers de Tom Noti !

 

Les-naufrages-de-la-salle-d-attente

 

1) « Les naufragés de la salle d’attente » est-il votre premier roman ? Qu’est-ce qui vous a poussé à l’écrire ?

« Les naufragés… » est mon troisième roman publié. Les deux premiers: « Souligner les fautes » et « Épitaphes » ont été édités par Assyelle, une super petite maison d’édition du sud-ouest. 

couv_Epitaphes

Pour cette troisième histoire, j’avais vraiment l’idée d’un roman choral avec le ressenti de plusieurs personnages tout au long d’une même histoire dans laquelle ils se percutaient. De plus, je connaissais un incroyable psychologue pour enfants et adolescents (je suis enseignant) et, son cabinet était équipé d’une porte d’entrée électrique. Il s’agissait de monsieur Jean Dominique Vauthier de Grenoble. Alors, en allant discuter avec lui, je me disais que, dans cette salle d’attente, il pourrait se produire des étincelles si toutefois…

2) Comment avez-vous réussi à être édité par les éditions Paul et Mike ?

J’ai entendu parler des éditions Paul & Mike par un type incroyable, Denis Arnoud (dit Le hibou) un blogueur, un amoureux des livres. Il était venu me rencontrer lors d’une dédicace. On a discuté longuement, on est même devenus amis depuis. C’est lui qui m’a parlé de plusieurs maisons d’éditions émergentes et dynamiques dont Paul & Mike. J’ai tenté de leur envoyer mon manuscrit et j’ai simplement eu de la chance qu’ils le lisent et l’apprécient. C’est un vrai boulot que l’on a fait ensemble, relecture, discussions J’ai appris beaucoup. Ils sont distribués par Hachette, ce qui fait, de plus, une belle carte de visite auprès des libraires.

3) Quels sont les grands thèmes abordés dans votre œuvre ? Petit résumé de l’histoire…

Il s’agit de trois personnes complètement différentes qui se retrouvent coincés dans cette salle d’attente d’un psy suite à un accident de tramway dans les rues de Grenoble, ce qui provoque une coupure générale d’électricité. Et comme la porte de ce cabinet  est électrique Il y a François, un employé de banque qui vient habituellement pour sa petite fille, Gabriela, une prof d’origine étrangère qui doit « poser les valises émotionnelles de son passé » et Hervé, un acteur un peu raté,  qui est pris d’une furieuse envie d’aller aux toilettes avant de se rendre à un casting un étage plus haut. À ce moment-, alors qu’ils n’auraient jamais dû se croiser, ils se retrouvent emprisonnés pour un temps indéterminé et donc, obligés de se parler un peu. J’aborde plutôt légèrement, je l’espère, des thèmes comme l’ouverture aux autres, les faux semblants, les cicatrices du passé qui restent toujours vivaces malgré les pansements dont on les recouvre.

4) Que voulez-vous transmettre à travers vos écrits ?

Je ne veux rien transmettre en particulier avec les histoires que j’écris. Je veux parler des gens qui avancent dans leur vie, avec des casseroles plus ou moins conséquentes, et qui font leur petite tambouille avec, vaille que vaille.

5) D’où vient votre inspiration ? Avez-vous des auteurs de référence qui vous ont donné envie d’écrire ?

20160626_180709 (1)Les auteurs que j’aime me donneraient plutôt envie d’arrêter d’écrire (ha ha ha ).  Mais pour être plus sérieux, je ne peux pas dire comment vient l’inspiration. Sans doute des rencontres, des discussions, de l’observation des gens, du ciné, de la musique et oui, sans doute aussi, des livres que je lis.

6) Y a-t-il des choses qui vous ont surpris en bien ou en mal dans le milieu littéraire ? Des satisfactions, des déceptions ou des difficultés particulières ?

Ce qui m’a tout d’abord le plus surpris, c’est le nombre incroyable de personnes qui écrivent. Je n’en avais aucune idée avant d’envoyer mon premier manuscrit aux maisons d’éditions en 2012. C’est là seulement que j’ai mesuré la chance miraculeuse que mon manuscrit soit lu et apprécié, au moins une fois. J’étais un novice total, un candide même. 

Je suis désormais étonné de rencontrer des inconnus qui ont lu mes romans, ça c’est très étrange comme sentiment. 

Sur les salons littéraires, on se trouve face à des personnes curieuses de ce que vous proposez, d’autres qui traînent un regard un peu méprisant sur vos livres, des auteurs grandioses et humains, d’autres à l’ego un peu boursouflé… C’est le même monde, avec de jolis mots par-dessus.

7) Avez-vous des souhaits pour la suite de votre carrière ?

Je souhaite que les lecteurs qui ont apprécié mes premiers romans continuent d’apprécier les prochains. J’aimerais ne pas les décevoir et même les surprendre à travers chaque nouvelle histoire. J’aimerais aussi avoir davantage de lecteurs grenoblois pour  « Les Naufragés » car, lorsque l’on m’en parle, il s’agit toujours de personnes qui ne connaissent pas notre ville. Je reste intrinsèquement attaché à Grenoble et à ses montagnes.

8) Quels sont vos projets littéraires ? Autres projets ? Autres passions ?

J’ai achevé un manuscrit qui fait le tour de mes proches afin d’effectuer les derniers réajustements, les derniers lissages, avant d’oser le présenter aux maisons d’éditions. 

Et je suis en cours d’écriture d’un nouveau roman, qui me tient vraiment à cœur, inspiré d’une histoire magnifique.

Je travaille aussi sur deux projets de spectacles musicaux. Deux jolis projets différents mais qui, je l’espère, prendront vie dans les mois à venir. 

9) L’association Plein de Talent a pour but de lancer de jeunes talents, quels conseils donneriez-vous à toutes celles et ceux qui veulent se faire éditer ?

Il faut faire ce que l’on a envie de faire et s’acharner. Se connaître, savoir ce que l’on veut vraiment et en définir les vraies raisons. (On ne parle pas ni de gloire, ni d’argent, bien sûr). Refuser les excuses et fuir les défaitistes. Ne pas écouter d’autres voix que son intime conviction. Et bosser..

 

Merci donc à Tom d’avoir répondu à nos questions. Vous pouvez vous procurer Les naufragés de la salle d’attente sur tous les sites  en ligne, par exemple celui-ci et dans les bonnes librairies. Vous pouvez également aimer sa page Facebook.

Publicités